Kapten J-Ruff

November 19, 2013
By
+217
0
  


Kapitèn J-Ruff, Jean Cylien Marie Innocent, née en Haïti, à Port-au-Prince, le 28 octobre 1985. Elle grandit dans le bloc de Bel Air avec sa famille. Son père fut musicien et lui transmis ce don qu’elle développa à l’école des Sœurs du Perpétuel Secours. Elle est la maman d’un enfant
Expériences :
De 2006 à 2008, elle fut travailleuse sociale, bénévole, dans un projet de réinsertion des enfants soldats, avec un groupe d’enfants artistes, Rasta Babies, projet financé par une ONG haïtienne, Yélé Haïti, sur l’initiative de Wyclef Jean. Son rôle fut celui de ‘maman’ pour faciliter la réinsertion familiale de ces enfants. Elle leurs enseigna le savoir vivre et la discipline, tout en cultivant chez eux le respect de soi et des autres. Elle assura également leur suivi scolaire.
En 2008, elle fut volontaire dans la sensibilisation et la prévention des effets des drogues sur les jeunes d’Haïti au sein de la Commission Nationale de Lutte contre la Drogue.
Le 12 janvier 2010, sa maison s’écroula sur elle et sa famille. Elle perdu sa maman et dû recevoir des soins en République Dominicaine. Alors immobile, elle ressentit la nécessité de créer des activités de loisirs et d’éducation pour les enfants victimes du tremblement de terre. Vite, elle accueillit environ 100 enfants réunis sur une place à qui elle leurs raconta des histoires et leurs chanta des chants d’espoir.
C’est ainsi qu’en 2010, se créa le projet Dwa Timoun (droits des enfants) à travers lequel, étant la coordonnatrice, elle est responsable de l’alimentation, de l’éducation, de l’hygiène d’environ 700 enfants bénéficiaires des projets de Viva Rio, comme les enfants soldats, les enfants participant au cours de danse et de capoiera, les enfants du ghetto.
Expériences musicales :
A l’âge de 10 ans, elle commença à se présenter sur scène à l’école des Sœurs du Perpétuel Secours, à Bel Air, ce qui n’étonna pas sa grand-mère, Jacqueline, car elle reçut ce don de son père qui était musicien d’un des groupes fondateurs du konpa haïtien, Scorpio d’Ayiti et Toto Nesesite. Sa mère, Naomie, a toujours été fière d’elle et l’encouragea. Ce don musical s’épanouit aujourd’hui grâce à son frère, One Shat du groupe Bèlè Massif, qui est musicien, compositeur et chanteur.
En 1995, elle intégra le groupe de rap Lamè Nèg Anba, avec General MK, Sergent One Shat, Major Bataillon et Kolonel Zomo. C’est alors qu’elle prit le grade de capitaine et le nom d’artiste, Kapitèn J-Ruff.
En 2006, lors du concours Lari pwop (la rue propre) organisé par l’ONG Yélé Haïti, elle se présenta en solo avec Fok laria pwop (il faut que la rue soit propre), où elle termina parmi les 5 finalistes.
Depuis, elle chante en solo. Mais elle eut la chance de rencontrer d’autres grands artistes, comme Izi One, DS, Nabyi, One Shat, avec qui elle enregistra des musiques qui forment ce mix tape. Ce mix tape dévoile d’autres styles musicaux de J-Ruff, rappeuse, mais avant tout haïtienne.
Son projet :
Elle souhaite continuer de travailler avec toutes ses forces pour communiquer avec le monde entier à travers ses musiques. Mais surtout, elle veut redonner à la musique sa vraie place dans la vie de chacun pour transmettre des messages de Paix, d’Amour et de Rires.
Son prochain projet est de sortir un album dédié aux enfants du monde, avec des histoires connues de tous, pour promouvoir leurs droits.
On dit souvent que Kapitèn J-Ruff est la meilleure rappeuse haïtienne, ‘style toujours One’, J-Ruff is number one.


Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Comments

Powered by Facebook Comments

Magazine


Blog

Views